Catégories
Actualité

La Chine resserre le ton envers le Royaume-Uni pour sa main tendue à Hong Kong !

Pékin menace Londres : « Si vous voulez un pays ennemi, vous devrez faire face aux conséquences »

Protestation de centre commercial

La police arrête une femme dans un centre commercial de Hong Kong au milieu des protestations contre la loi sur la sécurité nationale

Cela ne fait pas si longtemps que l’ancien Premier ministre britannique David Cameron a invité le président chinois Xi Jinping à sa résidence de repos dans la campagne des dames anglaises pour annoncer au monde entier  » qu’un nouvel âge d’or commence ». Cela s’est produit en 2015. Il y a à peine cinq ans. Mais cela semble une éternité car les relations entre Londres et Pékin ne pourraient être plus tendues maintenant.

L’ambassadeur de Chine au Royaume-Uni, Liu Xiaoming , a accusé hier l’exécutif britannique d’avoir commis « une grave ingérence dans les affaires intérieures  » en offrant aux résidents de Hong Kong un moyen de vivre dans le pays et, plus tard, acquérir la nationalité britannique. L’intervention est intervenue après l’entrée en vigueur de la nouvelle loi sur la sécurité nationale que la Chine a promulguée pour l’ancienne colonie britannique. Alors que Xiaoming l’a défendue comme nécessaire pour  » prévenir, réprimer et punir la collusion avec les pays étrangers », le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab l’a qualifiée de « loi anti-manifestation » .

Le Premier ministre Boris Johnson a annoncé la semaine dernière que quelque 350 000 Hongkongais avaient déjà un passeport pour les ressortissants britanniques d’outre-mer (BNO), ainsi que 2,6 millions de personnes résidant dans l’ancienne colonie britannique, ils pourront vivre au Royaume-Uni pour une période initiale de cinq ans. À la fin de cette période, ils pourront demander le statut d’établissement dans le pays, tandis qu’un an plus tard, ils auront le droit de demander la nationalité britannique.

Hong Kong est revenue à la souveraineté chinoise en 1997 après un siècle et demi de domination britannique et après que Londres et Pékin ont signé en 1984 une déclaration commune sur la base d’un « pays, deux systèmes » , par laquelle le Royaume-Uni a renoncé à sa dernière colonie asiatique.

Downing Street considère désormais que Pékin ne respecte pas sa promesse. Mais le régime communiste l’accuse « d’ingérence ». Et la situation ne s’arrête pas là car l’ambassadeur Xiaoming a également critiqué le fait que l’exécutif britannique dépeigne la République asiatique comme une « menace » ou un « pays hostile » en référence au débat qui s’est ouvert sur la participation du géant chinois de la technologie Huawei au développement du réseau UK 5G. « Nous voulons être votre ami, votre partenaire, mais si vous voulez faire de la Chine un ennemi, vous devrez faire face aux conséquences », a déclaré Xiaoming, qui n’a pas précisé à quelles mesures Pékin va répondre maintenant.

Plus tôt cette année, alors que la seule mission du Premier ministre était le Brexit, le gouvernement a ouvert la porte à Huawei pour qu’il participe au développement du réseau 5G . Le grand objectif était de construire ce «Royaume-Uni mondial» et dans la liste des nouveaux alliés, Pékin a joué un rôle pertinent. Il est vrai que le géant de la technologie a été exclu de tous les éléments critiques du système et sa présence dans le reste des fonctions d’infrastructure a été limitée à un maximum de 35%. Mais l’important était que le régime de Xi Jinping avait déjà un pied sur le sol britannique.

Dans l’ensemble, la pandémie a accru les préoccupations qui existaient déjà dans les rangs conservateurs face au pouvoir mondial et à l’influence du régime communiste autoritaire et maintenant ce sont ses propres députés qui demandent à Johnson de renforcer sa position envers Pékin et de se retirer le plus rapidement possible du marché à Huawei .

Initialement, le « premier ministre » avait prévu de retirer le géant asiatique du réseau 5G en 2029, mais maintenant ce pourrait être dès 2023 pour éviter une rébellion d’une soixantaine de députés conservateurs qui menacent de rendre sa vie impossible pour les prochaines semaines la Chambre des communes, où d’importantes lois doivent être traitées, y compris la loi sur l’infrastructure des télécommunications.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *